Mon dieu, tant d'articles d'un coup ? Serait-ce le coup des bonne résolutions qui prendrait soudainement forme ? Ou peut-être que je n'ai plus accès à un matériel informatique capable de me faire végéter de 11 heures du matin à 4 heures du matin suivant devant l'édition légendaire de Blood Bowl, et que je me rabats donc sur des occupations moins gourmandes technologiquement, comme le blogging ? 

Je laisse les hypothèses de réponses à ces questions à l'étudiant chanceux et visionnaire qui décidera de consacrer sa thèse à ma personne. En vérité, il s'agit juste d'un des articles "hop facile à taper et je suis tranquille pour 2 mois" que je fais toujours, et qui aurait probablement du précéder l'article Harry Potter. Cela-étant, par cet habile truchement, et cet astucieux mustisme de quelques semaines, j'ai soudainement suffisamment de matière pour quasiment enchaîner DEUX articles à moins d'une semaine d'intervalle, ce que Geektature n'a probablement pas connu depuis 2009.

Cet article tout bête, c'est tout simplement un rapide coup d'oeil en arrière sur les sorties vidéo-ludiques de l'année passée. Rien de méchant, facile à taper, et je peux enfin mettre des mots en gras.

 

bayonetta_169949701d

BAYONETTA


Dans un des articles de Geektature que vous ne lirez probablement jamais, alors qu'il est en train de se calcifier mollement accompagné de la peine de mort caractérisée par l'étiquette "brouillon" qui lui est accolé sur mon compte Canalblog, je disais du bien de Bayonetta (qui n'avait par ailleurs aucun rapport avec le reste de l'article). Car oui, Bayonetta mérite qu'on en dise du bien.

J'ai un gros trou dans ma culture vidéo-ludique qu'on peut situer vers le début - milieu de la ps2, la raison en étant l'acquisition de ma Dreamcast, puis de ma Gamecube à cette époque. En somme, j'ai raté une bonne partie des jeux de la ps2 vu que je ne l'ai récupérée que sur sa fin de vie. Je n'ai donc jamais joué de façon extensive à un Devil May Cry, et je serais bien en peine d'analyser avec finesse les ressemblances, redondances et autres similarités qu'on peut trouver d'un DMC à Bayonetta.

Comme un philistin interprétant du mieux qu'il peut les tenants et les aboutissants de Hufflepuff en ayant vu que 3 films Harry Potter, je ne peux livrer que des impressions bruts de décoffrage et mal-informées sur Bayonetta : c'est un bon jeu. C'est solide, beau, bien pensé d'un bout à l'autre. Surtout, le second degré et le ridicule sont traités avec un sérieux et un professionel qui a de quoi décontenancer : et je pense que même les abrutis y trouveront leur compte si ils se mettaient à prendre l'histoire et l'héroïne au premier degré plutôt qu'au second.

On en arrive alors à la question du "est-ce que ça en fait trop ?". C'est vrai que j'ai presque du mal à considérer le personnage de Bayonetta comme une "waïfu" potentielle tant elle n'apparaît éloignée d'un être humain conventionnel (alors que normalement, une bibliothécaire dominatrice avec des lunettes et un fort accent anglais m'empêcherait de dormir sur le ventre pendant une bonne semaine). C'est vrai que le scénario est un gigantesque fourre-tout de n'importe quoi et de plot-twists qui passe complètement au dessus de la tête du joueur.

Mais la force de Bayonetta, c'est que même en sachant tout ça, le jeu n'y perd rien. À vrai dire, il y gagne presque.

bayonetta_2

Ce que j'ai appris grâce à Bayonetta : L'énochien. Que je dois mieux parler que l'allemand maintenant.

 

 

super_street_fighter_iv

SUPER STREET FIGHTER IV


Encore Capcom ? Sacré Capcom. Les voilà qui font profil bas, qui sortent quelques nouvelles licences ou qui en dépoussièrent d'autres, en se faisant discret. Et paf, en un an, on retombe dans les nineties : une nouvelle version de SF qui sort (et je ne compte pas le DLC Yun / Yang qu'il y a eu depuis). Ils nous bien eu les bougres, ils nous avaient pas fait ça depuis un bail.

Mais je suis peut-être un peu mauvaise langue. Déjà, SSFIV est sorti à un prix relativement hallucinant. Dans le contexte où il repompe le même moteur qu'un jeu sorti un an auparavant, c'est compréhensible que le jeu sorte à 40€. Mais si on regarde ça d'un oeil d'un mec qui s'était pas payé SFIV, il tombe sur un jeu *sérieux*, produit par un gros développeur, et pour la somme d'un jeu DS neuf, alors qu'à côté, sur les consoles next-gen de salon, la charité ultime du développeur c'est de sortir un jeu à 60 au lieu des 70 euros habituels (souvent, je vois des jeux Koei à 70€, et alors je ris).

Qui plus est, il y a un apport qualitatif plus important entre SF4 et SSF4 qu'entre, disons, Street Fighter 2 et Street Fighter 2 Turbo. Le jeu apporte un lot de personnages des anciens SFs soit largement attendus (hmmm, Dudley) soit qui représentent d'agréables surprises (je n'aurais jamais pensé qu'un personnage aussi moche que T. Hawk puisse aussi être jouissivement débile à jouer). Même si il n'y a que deux véritables nouveaux venus, ces derniers réussissent à coupler un gameplay agréable avec un look bien pensé, une complémentarité qui manquait peut-être un peu aux personnages introduits dans SF4.

Dans l'ensemble, un bon jeu, sans surprises.

super_street_fighter_4_05

Ce que j'ai appris grâce à Super Street Fighter 4 : Que l'IA du jeu est tellement raffinée que c'est impossible de différencier un joueur humain d'un ordinateur quand on affronte Ryu ou Sagat.

J'espère que c'est l'IA du jeu qui est raffinée.

 

 

fallout_new_vegas

FALLOUT NEW VEGAS


Ah, Fallout New Vegas. Que dire, qu'en penser. Voilà un contender sérieux pour le poste de "meilleur jeu de 2010", même si c'est difficile de le dire sans quand même sentir pointer des objections. Fallout New Vegas est, vraisemblablement, ce que Fallout 3 aurait du être. En fait, certains fans hardcore argueront même que Fallout New Vegas EST Fallout 3.

Il faut l'admettre, en terme d'immersion et d'écriture, New Vegas massacre Fallout 3. C'est quand même un match-up relativement inégal : utiliser des critères comme l'immersion et l'écriture pour se faire affronter un jeu Bethesda à un jeu d'Obsidian, c'est comme se faire affronter Okami et Thrill Kill en se basant sur la direction artistique et la maniabilité.

Mais il faut s'en rendre compte, les critères choisis sont des critères vitaux pour un RPG, et il n'y a pas photo : Fallout New Vegas n'est pas seulement un meilleur RPG que Fallout 3, il est tout simplement un très bon RPG.

Et à côté de ça, c'est un jeu PC très mal optimisé, c'est un jeu d'exploration logique mais restrictif, et c'est un jeu au système de combat moyen. Les lacunes de New Vegas ressortent aussi clairement que ses qualités. Notamment au niveau de l'optimisation : c'est quand même incroyable que même après avoir changé de nom deux fois et avec une équipe technique qui a du se être quasiment complètement renouvellé depuis, Black Isle - Troïka - Obsidian semble INCAPABLE de ne pas produire un jeu bourré de bugs à la limite de l'injouabilité.

Ce genre de petits détails se corrigent, cependant ; et on peut dire tout le mal qu'on veut de Bethesda et de leur moteur de jeu futurement obsolète, le fait que le soft soit largement moddable joue là aussi en sa faveur. On aurait aimé pouvoir en dire autant de Vampire : Bloodlines, par exemple.

Quoi qu'il en soit, le seul point que je pourrais reprocher à  l'aspect RPG de New Vegas, c'est peut-être le retard avec lequel le joueur doit vraiment s'engager à soutenir une des factions principales : ça rend les sauvegardes juste avant les embranchements de la fin du jeu trop facile à placer, et retire un peu de l'intérêt à faire d'autres playthroughs. Mais c'est bien parce qu'il faut chipoter.

Fallout_New_Vegas__1_

Ce que j'ai appris grâce à Fallout New Vegas : Que patrouiller dans le Mojave te fait espérer un hiver nucléaire ; la Légion peut compter dessus.


MOINS DE BUDGET = MOINS DE LIGNES.

 

mountbBB_Legendary_03capitalism_hotropico_3_0709_1


Ce que j'ai appris grâce à Mount & Blade : Warband : Un jeu n'a pas besoin d'avoir un contexte original ou un scénario pour être bien. Il suffit juste d'un cheval, d'une grosse épée, et de pouvoir rentrer très vite dans des paysans avec l'un ou l'autre.

Ce que j'ai appris grâce à Bloodbowl : Legendary Edition : 4 heures du matin est une heure raisonnable pour aller se coucher. Pour les tapettes. Les vrais hommes taperont des nains avec leurs momies jusqu'au lever du soleil, dans l'espoir de mettre un ballon en forme d'oeuf derrière une ligne.

Ce que j'ai appris grâce à Recettear : Le capitalisme peut rendre absolument tout intéressant. Même des action-RPGs avec des donjons générés aléatoirement. À vrai dire : surtout des actions-RPGs avec des donjons générés aléatoirement. Capitalism, ho !

Ce que j'ai appris grâce à Tropico 3 : Ce que Recettear est au capitalisme, Tropico 3 l'est à son opposé. Monter une dictature au nez et à la barbe des grandes puissances, établir une police secrète, se féliciter soi-même lors de discours présidentiels ? Communism, ho !

 


LES JEUX QUE J'AI RATÉS EN 2010 :

NMH2Dead_Rising_2_Casinoff13_01civilization_5Starcraft2
 

No More Heroes 2 : Damned, c'est vrai. Honte à moi de rater la séquelle à ce qui est probablement le meilleur jeu solo de la Wii, et un très bon jeu en général. Mais pour être honnête, avec l'annonce d'un remix HD du premier sur les "grosses" consoles, j'ai eu quelques hésitations à foncer dessus comme je l'avais fait pour le premier. Ça, et le fait que je sois pauvre.

Dead Rising 2 : J'ai adoré Dead Rising. C'est un jeu ultra-drôle, bien conçu et pensé, difficile mais extrêmement gratifiant. Les échos qui proviennent des reviews de sa suite sont moyennement engageants, mais c'est le genre de jeu qui doit forcément, et même mathématiquement, valoir le coup quand il est à 30€ ou moins.

Final Fantasy XIII : J'ai été déphasé pendant tellement longtemps de Final Fantasy que je pense que m'en faire un, qui serait au mieux moyen, serait une expérience vachement plaisante. Mais pas non plus payer pour ça, faut pas déconner, mon budget est serré, ces nouilles instantanées ne vont pas se payer toutes seules.

Civilization V : J'ai du découvrir environ un quart de Civilization IV. Je pense que le temps que j'en arrive au V, le VI aura déjà été annoncé.

Starcraft II : J'ai été surpris de tous ces gens qui semblaient s'étonner que je ne m'étais pas rué sur Starcraft II à sa sortie. Je ne suis plus aussi fan de RTS qu'avant. La faute est grandement imputable à Age of Empires III. Après avoir joué à un jeu où on peut contrôler les Néerlandais, de simples Zergs ont l'air bien fades.

 


JEUX À SURVEILLER POUR 2011 :

marvel_vs_capcom_3__fate_of_two_worldsmight_magic_heroes_vi_screen003volition_logo_largeportal_2_2diablo3_archivist_040109
 

Marvel vs Capcom 3 : Faire une équipe Mike Haggar, Viewtiful Joe et MODOK. Affronter une équipe constituée de 3 Phenix. La massacrer. Encore et encore. Un achat éthique, responsable et engagé.

Heroes of Might and Magic VI : Un studio médiocre aux commandes et cinq factions dans le jeu de base ? Risque de finir comme le V : meilleur jeu de la série, mais seulement après être bardé d'extensions.

Saints' Row 3 : GTA IV était un jeu en bac-à-sable où le sable était du gravier dur, et qui était peuplé uniquement de bambins russes se frappant violemment à coup de sceaux après avoir marché sur les pâtés de cailloux les uns des autres. Saints Row 2 était un bac à sable rempli de débiles mentaux qui mangeaient du sable en disant "arghahrehuheuheu c'est bon miam". Et le pire, c'est qu'ils avaient raison. Je leur fais donc confiance pour la suite, et je mets moi aussi ma bavette.

Portal 2 : Ce qu'on peut décemment espérer avoir de mieux comme jeu de réflexion cette année, en l'absence de nouvelles du phonétiquement très proche Postal 3.

Diablo 3 : Ha ha, qui est-ce que j'espère tromper en le mettant là pour cette année ?

 


JEUX À SURVEILLER POUR 2015

dg3Dynasty_Warriors_7_Logo_by_xanath


Diablo 3 : avec un scénario.

Postal 4 : Je ne sais même plus ce que j'essaie de troller, argh ça n'est pas facile de finir l'article.

1294690476373