Sous-titre : 8 milliards de kilomètres à pied avec des bagages, ça use, ça use.

Mes très chers amis, vous l'attendiez non sans angoisse, mais rassurez-vous, car je m'en vais vous confier les seyantes aventures de votre cher Geektateur. Du moins, la première partie de ces vacances, car je ne saurais relater les aventures metziennes que j'éprouverais au début du mois d'Aout, dans la maison de la tante de notre si cher prélat de Singapour, Zali L. Falkam. En attendant un récit de celles-ci, nous allons nous concentrer sur ce qui s'est passé précedemment, et c'est pas de la tarte.

Au début, tout devait bien aller. Après avoir déposé ma mie à la gare de Lyon, je m'en vais vers la gare Montparnasse, chercher l'ami Coyote J. Urusemal, qui revenait d'un saillant concert d'un groupe dont le nom pourrait se traduire par "Outil" . Sans porter de jugement malgré tout, je l'attend calmement à Montparnasse. L'aimable Coyote a l'amabilité de sortir assez vite de sa tanière. Néanmoins, il n'était pas le seul objet de mon attente, puisqu'il nous fallait aussi attendre notre ami Zalikun.

meeting1
Quand ce blog attirera autant de gens que le Comeback du Dentifrice, j'investirais dans un scanner. Ou je passerais plus de temps sur mes dessins pourtant déjà proches du photo-réalisme.

Et mes aïeux, quels 3 heures ce furent ! Que de visite à travers Paris ! Que de temps passé à la Fnac, entre les programmes d'entrainement cérébraux du docteur machin chose, le guitar hero squatté pendant 1h30 par des gosses à l'air abruti, et les tonnes de mangas/comics explorés (gnih X-Babies)

meeting2
Ceci n'est pas une DS lite. Enfin, si, mais bon.

3 heures longues, et éprouvantes, où nous ne trouvèrent de meilleures occupations que de nous promener dans le quartier de Montparnasse dans l'espoir de trouver la librarie où bossait notre cher ami Karma. Je me souviens de la remarque pertinente sur le coup de l'ami Coyote : "ah oui mais là on s'éloigne, on est plus à Montparnasse mais à Saint-Sulpice" ce qui était particulièrement bien vu, jusqu'à ce que Karma lui-même nous avoue travailler dans le coin de Saint-Sulpice. Mais bon, ces errances nous auront permis malgré tout de faire la connaissance de quelques sympathiques vieilles libraires à l'aspect hideux, vieilles filles de naissance. Du meilleur gout donc.

Arrive enfin notre ami Zalikun, le Maëstro du Dentifrice ! Poignées de mains, chapeaux de gangsters, et Quick s'ensuivent.

meeting3
Dessins + Paint = P.A.O. ! Mon PC tiendra t'il le coup ?

Ensuite, il nous faut aller de Montparnasse à chez moi, pour la bonne raison que l'ami Zali n'a guère trouvé de meilleures idées que de ramener son unité centrale pour aller à Metz. La faute incombe en fait à sa soeur, même si on pourrait accuser de Zali de ne pouvoir supporter de passer près d'un mois sur un pc saturé d'mp3 de Matt Pokora. Nous laisserons le public seul juge.
Ainsi, nous voilà parti ! L'unité centrale de Zali est supportable . . . le premier quart d'heure. Très vite, j'arrive chez moi, les bras en bouillie, mais heureux de poser un gigantesque carton dans ma chambre, carton affublé au passage d'un magnifique emblème "Gaulloise" , ce qui a du me faire passer injustement pour un fumeur chevronné, alors que je ne fume pas de cigarettes. Au passage, je prends des éléments de premieres importances, ou pas, telles que manettes de pc, ou jeux. On est geeks ou on n'est pas, desu.

Bref ! Une fois tout ceci posé, mes deux sacs à dos (un spécialement pour la dreamcast, gnih gnih, snort snort) reviennent me lacérer les épaules, et nous repartons pour un looooong voyage vers la station de métro Chatillon-Montrouge.
Que j'explique rapidement le plan de base, car celui était des plus foireux et du meilleur gout : Une fois Coyote et Zali retrouvé à Paris et son unité centrale entreposée chez moi, nous avions énormémement de temps à tuer avant de pouvoir aller nous poser chez l'ami Karma qui nous avait aimablement proposé de nous héberger le temps de notre séjour à Paris intra-muros.
Le problème, c'est que, oulalala, on avait plein de temps à tuer entre le moment d'amener mes compères chez le-dit Karma et le moment où ils seraient à Paris. Ainsi nous devions sencément aller chez une amie de Zali, Fanny pour faire passer le temps en bonne compagnie dans une bonne maison.
Mais une solution bien plus drôle s'est imposée à nous : Marcher. Lentement. A travers tout Chatillon. Avec des bagages LOURDS. J'avais fait le trajet à pied chez moi - Metro Chatillon Montrouge à pied, en forme, sans sac, et j'avais mis grosso merdo une demi-heure. A 3, avec des bagages, la chaleur et tutti frutti, ce fut bien plus éprouvant.
meeting4
Le trajet résumé sur un plan de Chatillon, anciennement Chatillon-sous-Bagneux. Il n'y a pas de putain de messages cachés dessus.

Nous arrivâmes alors à la fameuse bouche du métropolitain, où nous attendait patiemment l'amie de Zali. Je me rendis compte en arrivant sur place qu'on avait en fait mis tellement de temps à venir qu'on pouvait en fait se contenter d'aller tranquillement à la gare de Lyon se faire pêcher par l'ami Karma. Nous passâme donc quelques instants agréables dans un petit bar, où nous pûmes arnaquer une serveuse de plus de 20€ . C'est de sa faute si elle rend la monnaie sur des billets qu'elle ne prend pas.

Pas d'images droles pour étayer ce passage, parce que c'est légalement interdit et moralement pas drôle, normalement.

Nous nous engagèrent alors dans le métropolitain. Trajet très simple en apparence, jusqu'à ce que les complications dûes aux travaux de la ligne 6 entre place d'italie et Bercy nous firent patienter de longs moments. Je tiens à appuyer de manière importante le fait qu'il y eut des travaux à cet endroit, car ceci se révelera être d'une importance on-ne-peut-plus capitale pour la suite des évenements.
Néanmoins, tout rentra dans l'ordre, et quelques minutes plus tard, nous étions à l'heure, fatigués, et à la Gare de Lyon, pour nous faire recueillir par Karma et sa copine, ce qui marqua donc la fin de nos pérégrinations en banlieux parisiennes.

meeting5
Un plan clair et concis s'imposait.

Ca ira pour cette fois, les amis ! La prochaine fois, nous verrons comment quelques jours bien tranquilles et peinards n'annoncaient en rien ce qui allait être tout simplement la pire journée de ma vie. Sérieux. Ensuite j'épiloguerais grace à Marseille, où il ne s'est pas passé grand-chose, ce qui est, en fait, trop génial et effroyablement mieux.
Rendez-vous donc un de ces jours bientôt pour "Vacances d'un Geektateur, 2/3 : Avoir son bac peut-il compenser le fait de manquer de s'évanouir en pleine rue, de se faire coincer dans tout les transports possibles et imaginables, de trimer la nuit dans un lieu inconnu et de dépenser 51€ ? Non. (titre à revoir dû au fait que le dernier mot soit un possible spoiler ) .